General Motors (Le retour)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

General Motors (Le retour)

Message par DeluXe. le Lun 7 Sep 2009 - 12:02

[size=170:3szhtaeq]L'industrie automobile américaine connaît un changement historique

Le 1er juin, juste avant l'ouverture de la Bourse de New York, General Motors (GM) annonce officiellement sa faillite et son dépôt de bilan auprès du tribunal, ce qui lui permet de demander la protection de la loi sur les faillites. Le même jour à midi, le Président américain Barack Obama a prononcé à la Maison Blanche un discours dans lequel il déclare que la mise en faillite de GM est en fait une mesure « thérapeutique » et que c'est un grand moment qui mérite d'être fêter, car un nouveau GM va naître avec la disparition de l'ancien.

« Un essai expérimental sans précédent dans l'histoire »

La faillite et la réorganisation de General Motors n'ont produit aucune inquiétude ni panique, car tout le travail est mené méthodiquement sous la direction du gouvernement américain. D'après le programme de réorganisation élaboré et mis au point par le Département étasunien du Trésor, dans les actions du nouveau GM, le gouvernement américain aura une part de 60% contre 12,5% pour le gouvernement canadien, 17,5% pour le fonds fiduciaire d'assurance médicale relevant du syndicat américain de l'automobile UAW et 10% pour les détenteurs d'obligations. Dans tout le processus de faillite et de réorganisation de GM, le gouvernement américain accordera un financement de 30,1 milliards de dollars US, lequel ajouté au précédent financement de 19,4 milliards de dollars US fera que ledit gouvernement aurait dépensé près de 50 milliards de dollars US pour la « restructuration rapide » d'un nouveau GM et ce sera dans l'histoire des Etats-Unis, l'un des plus grands cas de réorganisation après faillite pour ce qui est des fonds investis pour cela. Du fait que GM devient ainsi une entreprise sous contrôle de l'Etat, parmi les membres du Conseil d'administration du nouveau GM, excepté deux qui seront nommés par le gouvernement canadien et par la direction du fonds fiduciaire de l'UAW, tous les autres le seront par le gouvernement étasunien.

L'opinion publique locale estime que la présente faillite méthodique de GM sous la direction du gouvernement américain qui injecte pour cela de grosses sommes est en fait « un essai expérimental sans précédent dans l'histoire » de la politique industrielle américaine. D'un côté, le gouvernement n'hésite pas à dépenser des sommes colossales pour reconstruire à tout prix un nouveau GM qui sera l'idole des entreprises américaines ;
de l'autre côté, l'Etat ne souhaite aucunement s'ingérer trop dans le fonctionnement normal et ordinaire de l'entreprise. A cet effet, la Maison Blanche vient de publier les quatre principes du contrôle gouvernemental à l'égard des entreprises privées : Primo, l'objectif du gouvernement est de reconstruire une nouvelle entreprise forte et dynamique. Dès après que l'entreprise fonctionne bien, le gouvernement diminuera petit à petit sa part d'actions ;
Secundo, le gouvernement a le droit, en cas de nécessité, de protéger les intérêts des contribuables ;
Tertio, le gouvernement ne s'ingérera aucunement dans la gestion et dans l'exploitation normales de l'entreprise, et les fonctionnaires du gouvernement n'occupera pas de poste au sein du Conseil d'administration ;
Quarto, en tant qu'actionnaire, le gouvernement ne participera au vote que dans les cas d'affaires concernant les principales activités, dont le choix des membres du Conseil d'administration, les grandes transactions de l'entreprise, … etc.

Toutes les parties concernées doivent faire des sacrifices.

Dans le discours qu'il a prononcé ce jour-là, le Président Obama a une fois de plus souligné qu'il est important que dans la réorganisation de l'industrie automobile américaine, toutes les parties concernées doivent être prêtes à faire des sacrifices, car ce genre de sacrifices est nécessaire pour que les futures générations des Etats-Unis puissent continuer à vivre dans un pays automobile.

L'assurance médicale et le bien-être des retraités constituaient depuis de longues années une lourde charge pour GM. Le nouveau GM pense régler ces problèmes en établissant un fonds fiduciaire indépendant, lequel se chargera des frais médicaux des retraités à partir de janvier 2010. Les pensions des 650.000 retraités de GM et des membres de leurs familles n'en seront pas affectés pour le moment, mais la sphère de couverture de l'assurance médicale diminuera dans de fortes proportions. En échange, le fonds fiduciaire recevra outre les 17,5% des actions normales, en plus 6,5 milliards de dollars US d'actions privilégiés et 2,5 milliards de titres obligataires. Le règlement sera effectué en trois fois pour être terminé avant 2017.

D'après le programme fixé, le nouveau GM procédera à plusieurs changements : réduction de son ampleur, diminution de marques et de dettes, fermeture ou mise au repos de quatorze usines, licenciement de certains opérateurs, vente ou liquidation de plusieurs marques, dont la marque « Hummer », et vente de la filiale allemande de celle-ci « Opel ». Parmi les six mille opérateurs existants éparpillés dans le monde, deux mille seront supprimés peu à peu. Il est prévu que toutes ces mesures mettront au chômage quelques trente mille personnes.

Les détenteurs d'obligations possèdent actuellement des obligations chirographaires, d'une valeur de 27 milliards de dollars US, lesquelles leur procureront en échange 10% du droit d'apport. Malgré que les obligataires pensent que dans le processus de réorganisation de GM, le gouvernement n'a pas fait preuve d'équité à leur égard et à l'égard de l'UAW, mais le 31 mai dans l'après-midi, la majorité des créanciers ont répondu favorablement à l'accord du transfert des dettes en actions, ce qui a nettoyé le dernier obstacle qui se dressait devant la mise en faillite et la réorganisation méthodiques et rapides de GM.

Source : People Daily

Alors le retour de GM &
Daewoo y croyez vous ? Êtes vous inquiété par le rouleau compresseur américain qui va déferler sur le monde de l'Automobile ? Avec cette fois une légère différence, c'est que GM ne pourra plus faire faillite, car soutenu par l'Etat Américain d'ores et déjà endetté jusqu'au cou.

Toyota devra t-il être inquiété ?

Vos réactions sont les bienvenues.

Pour ma part je n'en reste pas plus que perplexe.

DeluXe.
seidousei no handoru
seidousei no handoru

Messages : 797
Date d'inscription : 16/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: General Motors (Le retour)

Message par Lexis le Lun 7 Sep 2009 - 17:24

Je ne pense pas que cette marque fasse vraiment quelque chose d'exceptionnel... c'est une marque morte. Peut-être que je n'ai pas la même vision qu'un américain ceci-dit.

Je pense qu'en europe, GM ça n'existe pas... ce n'est rien. Ce sont des voitures de réputations (pas toujours vraies) mal finies, peu fiable (les chrysler des années 90 sont des horreurs), gourmande en consommation et avec une tenue de route moyenne.

C'est un peu le fiat d'il y a encore 8-10ans, avec une gamme quasi-inexistante et une réputation de "
tas de ferraille"
.

Vu le peu de concessionnaire dans le monde, hormis aux USA, je ne pense pas que cette marque peut mettre à mal un groupe comme Toyota ou bien VW/Audi.

Non, toyota doit plutôt se méfier du côté de l'allemagne... avec audi/vw.
avatar
Lexis
Administrateur
Administrateur

Messages : 24408
Date d'inscription : 07/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: General Motors (Le retour)

Message par toyotaowner le Lun 7 Sep 2009 - 17:32

je le penses aussi... chez nous on ne parlait pas de GM proprement dit mais bien des différentes "
sous marques"
qu'il produisait.

toyotaowner
Administrateur
Administrateur

Messages : 12545
Date d'inscription : 12/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum